PARMI 80 000 DEMANDES : Cinq Mauriciens s’envolent pour la prestigieuse University of British Columbia

D’autres institutions de la British Columbia s’ouvrent à ceux souhaitant faire le “post graduate”
L’Overseas Education Centre (OVEC) a tenu récemment un “pre-departure gathering” avec ses cinq étudiants ayant été admis à l’Université de British Columbia, l’une des universités les plus prestigieuses d’Amérique du Nord et comptant parmi les meilleures universités du monde. Pour ces cinq jeunes qui aspiraient à poursuivre des études au Canada, c’est une fierté d’avoir été choisi parmi les 80 000 demandes que reçoit l’institution chaque année. Par ailleurs, la directrice de l’OVEC, Dorish Chitson, qui revient d’un voyage de prospection, explique que cette province s’ouvre aussi à ceux qui souhaitent faire le “post-graduate”.

Oliver Hip Hoy, Ryo Jean Louis, Mary Chong Sa, Raghuvan Jeeha et Yanish Ramdenee sont ces cinq jeunes qui s’envoleront bientôt pour la British Columbia pour des études en “engineering”, zoologie et “biomedical sciences”, entre autres. Cette institution, dont l’entrée est très compétitive, reçoit chaque année quelque 80 000 demandes du monde entier et l’inscription se fait en janvier avant les résultats du HSC. Les candidats intéressés doivent déjà soumettre leur demande avec leur “forescast results”. Pour ces cinq jeunes, c’est une opportunité de pouvoir étudier dans l’une des meilleures institutions, qui plus est dotée des meilleures Infrastructures. Cette rencontre dans les locaux de l’OVEC a aussi vu la participation d’un alumni de l’University of British Columbia, le Dr Lok Lew Yan Voon, qui est aujourd’hui doyen à l’Université de West Georgie, aux Etats-Unis. Après avoir décroché une bourse pour des études à l’Université de Cambridge, le Pr Lok a entamé un master en physique avant de s’envoler pour les Etats-Unis, où il compte 33 ans de carrière. Pour cet ancien boursier de l’État mauricien, à une époque où les études à l’étranger étaient un luxe, les jeunes d’aujourd’hui ont beaucoup d’opportunités qu’ils doivent saisir. « Le Canada a beaucoup à offrir aux jeunes, surtout Vancouver, qui est en pleine croissance », dit-il.
Par ailleurs, Dorish Chitson, qui revient d’un voyage de prospection, où elle a eu l’occasion de visiter plusieurs institutions à l’instar de l’Université de British Columbia, se dit « impressionnée » par les infrastructures et autres facilités de cette institution. « Il y a plusieurs institutions dans cette province qui s’ouvrent aussi pour ceux qui souhaitent faire un “post-graduate”. C’est l’un des campus avec les meilleures facilités que j’ai vu au Canada », dit-elle. Les étudiants, souligne-t-elle, ont jusqu’au 15 janvier pour faire parvenir leur candidature à travers l’OVEC. Vu qu’à cette date les résultats du HSC ne sont toujours pas annoncés, ils sont appelés à postuler avec leur « forecast results » pour obtenir une « conditionel offer », laquelle sera par la suite confirmée après les résultats finaux. Les critères d’entrée, rappelle Dorish Chitson, sont assez élevés et l’admission à l’UBC est compétitive. L’UBC est aussi reconnue pour son programme « co-op », en partenariat avec de grosses firmes, comme Microsoft, Google, Boeing, la HSBC, Samsung, Amazon et Deloitte. De plus, 90% de ses étudiants trouvent un emploi dans le mois suivant l’obtention de leur diplôme. L’UBC consacre 15 millions de dollars annuellement à des prix, bourses d’études et autres formes d’aides financières pour les étudiants étrangers.

ARTICLE PARU DANS LE MAURICIEN |